Vous accompagner à surfer les vagues de la vie avec sérénité et efficacité.

Les émotions positives, un « accélérateur » du changement et des transformations sous-exploité !

 

Dans un environnement en mouvement permanent ou les changements sont multiples, simultanés, rapides les approches traditionnelles d’accompagnement restent utiles mais pas suffisantes. Il est indispensable de développer une culture de l’adaptation permanente afin de maintenir l’engagement des équipes durant des périodes  de transformation :

  • Instaurer progressivement une nouvelle culture pour s’adapter et se transformer de manière naturelle (agilité, adaptabilité, souplesse,…),
  • Développer une culture partagée basée sur quelques valeurs essentielles : ouverture, curiosité, acceptation de la remise en cause, questionnement, apprentissage permanent, droit à l’erreur, recherche de solutions, expérimentation, valorisation des prises d’initiatives,…
  • Faire de chaque collaborateur un « acteur» du changement : valoriser, reconnaître et savoir mettre les personnes dans une dynamique positive (intelligence des situations, énergie, envie, engagement,…),
  • Gérer les incertitudes et ambiguïté et mettre en place des processus de réflexion créatifs, favorisant l’intelligence collective, un levier majeur pour s’adapter à un environnement complexe,

Développer une culture de l’adaptation permanente prendra du temps, il devient essentiel de se questionner dès  aujourd’hui sur  la manière dont les changements sont pilotés et  accompagnés pour concilier performance et bien-être, engagement et motivation.

Dans ce cadre, il me semble essentiel de porter un regard sur la place des émotions positives dans un processus de transformation, pour activer dès à présent d’autres solutions porteuses d’énergie, d’envie !

D’une manière générale tout changement, la phase de déni passée, une étape essentielle et pas toujours simple à franchir, va générer des émotions variables suivant les individus. Pour certains, ils ressentiront de la colère, de la peur, de la tristesse, de la démotivation, pour d’autres ils se positionneront rapidement dans la compréhension, l’acceptation, la mobilisation dans un nouveau projet, la solution rêvée pour tout dirigeant, manager !

Malheureusement de nombreux projets n’apportent pas les résultats escomptés, un écart de perception entre ceux qui traitent les problèmes et proposent des solutions et ceux qui ont à les appliquer, les mettre en œuvre. Trop souvent les changements sont « subis » par les équipes.  Le principal risque, que les émotions «perçues » comme négatives (peur, doute, colère, incertitude, démotivation,…), malgré leur utilité et légitimité ne soient pas reconnues, acceptées et accompagnées tout au long du processus de transformation. Les choses ont évolué au fil des années, mais la dimension émotionnelle est trop souvent peu prise en compte.

 Face à des situations « à risques ou perçues comme telles »  le système nerveux sympathique va mettre en place une stratégie de défense et de réaction :

  • Activation des corticostéroïdes (Anti-inflammatoire,…): Affaiblissement du système immunitaire, augmentation de la pression artérielle, baisse de la création de neurones.
  • Activation d’adrénaline : Préparation des gros muscles (combattre ou fuir), surstimulation des neurones anciens, inhibition des circuits neuronaux non essentiels.
  • Le risque, un système nerveux sympathique trop souvent sollicité et trop longtemps  (absence de temps de pause) avec de multiples conséquences :
    • Environnement perçu comme menaçant (paroles, actes,…),
    • Multiples pensées, « ruminations » et « visions négatives » de la réalité,
    • Focalisation de l’attention sur les menaces et dangers,
    • Isolement et repli sur soi dans un soucis de protection,
    • Réduction de la capacité d’apprentissage, perte des capacités cognitives,
    • Sentiment d’anxiété, nervosité, morosité,
    • Aggravation du stress (cycle non vertueux),

 En période de changement, le cerveau fait ce qu’il sait faire depuis très longtemps « assurer notre survie » en se focalisant sur les facteurs de dangers, avec le risque d’enclencher un processus sans fin, peu vertueux, qui réduit de manière importante les capacités d’ouverture, d’adaptation, de créativité des acteurs. De réels freins pour s’engager pleinement dans le changement !

 A l’opposé, savoir activer le « système nerveux parasympathique », prendre du recul et savoir identifier et  partager des expériences positives va permettre de faciliter l’acceptation et l’engagement :

  • Libération d’ocytocine et de vasopressine, développement du lien social,
  • Stimulation positive de l’hippocampe, développement de la mémoire et de nouveaux apprentissages,
  • Renforcement du sentiment d’optimisme, vision positive des choses, changement dans la perception de son environnement (ouverture, vision globale, prise de recul,…),
  • Production d’endorphine, de dopamine, développement du sentiment de bien-être,
  • Développement des capacités cognitives (apprentissage, créativité, prise de décision, résolution de problème,…),
  • Renforcement du lien social et de la volonté d’agir avec bienveillance envers soi-même et envers les autres,
  • Développement de son état de performance physique et psychologique.

Face à ces constats, il devient essentiel de se poser la question de la place des émotions, soit faire comme on sait faire et gérer et accompagner le changement dans sa dimension émotionnelle et ses « résistances », soit adopter et mettre en place une démarche permettant de renforcer les émotions positives lors de la mise en place d’actions de changement.

Plusieurs études démontrent le lien entre la performance et bien-être. S Lyuborminsky et L King (meta-analyse) ont mis en évidence les impacts des émotions positives, de réels leviers pour des transformations réussies :

  • Créativité / Curiosité / Initiative Innovation,
  • Motivation et mobilisation Verticale / Horizontale / Externe,
  • Efficacité : Capacités intellectuelles / Concentration / Résolution de problèmes,
  • Coopération: Entraide / Cohésion / Solidarité  / Ambiance,
  • Santé : Qualité de vie, Santé physique / psychique Santé au travail.

Intéressant de consulter pour complément http://fabriquespinoza.fr/rapports/bien-etre-au-travail-vecteur-performance-economique/

 Sur ces bases, il devient essentiel de placer les émotions positives au cœur de vos changements,   afin de favoriser :

  • Ouverture et curiosité,
  • Vision globale permettant d’aller au-delà de la dimension « individuelle», un levier pour mieux comprendre et accepter les enjeux,
  • Le lien social, se parler, en parler, oser dire, se confronter, contribuer, co-construire, s’impliquer, se libérer,
  • La prise de recul, dépasser la dimension émotionnelle pouvant limiter l’accès et la compréhension des discours rationnels,
  • La capacité des acteurs à imaginer un avenir et s’y engager vraiment,

 En agissant sur les émotions positives vous accompagnez et facilitez la mise en œuvre des changements actuels tout en posant les bases pour développer une culture de l’adaptation permanente.

 Plusieurs solutions  existent pour agir et accompagner le changement différemment et innover dans les pratiques managériales porteuses  de confiance, d’engagement.

 Au plaisir d’en parler !

 

Laissez un commentaire